Reprendre / Céder une entreprise

Entre continuité et rupture.

Reprendre une entreprise, c’est à la fois une action de prolongement, de continuité d’activité et un moment charnière de passage de témoin, voire de rupture dans l’histoire de l’entreprise.

Avant de reprendre ou de céder une affaire, je dois prendre le temps de réaliser un diagnostic complet et objectif : quelle proposition de valeur pour les clients actuels ? Quelle structure de coûts ? Quelle composition et quelle récurrence des revenus ? Quelles ressources clés ?

Je dois aussi être à même de projeter l’entreprise dans son champ concurrentiel : quel état de la concurrence et quelle santé du marché aujourd’hui et demain ? Quelles diversifications possibles dans le triangle technologie-application-client ?

Au-delà de la technique

La cession ou la reprise d’une entreprise ne se limite pas à un acte technique d’évaluation financière d’éléments comptables passés (bilan, compte de résultat, flux de trésorerie,…) pour la fixation du montant d’une transaction, de la signature d’un compromis de vente puis d’acte de vente détaillant les modalités d’un rachat de fonds de commerce, d’équipement ou de rachat de parts sociales Le souhait de céder ou de reprendre une entreprise répond à un projet professionnel et personnel qui implique de partager  des éléments hautement confidentiels:

  • la stratégie du repreneur, ses atouts pour la reprise
  • le niveau de performance de l’entreprise du cédant

Il est prudent d’évaluer au mieux le marché dans lequel est engagé actuellement l’entreprise (analyse sectorielle, étude de la concurrence,…) en s’appuyant aussi sur des documents externes à l’entreprise.

Mon entreprise vaut-elle de l’or ?

Toute entreprise n’est pas bonne à céder ou à reprendre. C’est la résultante, à un moment donné, d’une adéquation entre les profils :

  • de l’entreprise (secteur d’activités, taille, localisation géographique, résultats financiers récents, segmentation des produits/services…)
  • du marché de l’entreprise (volume, prévisions, risque de nouveaux entrants ou de substitution, changement de réglementation à venir,…)
  • du cédant (capacité à mettre en confiance et à démontrer les résultats passés et proposer des poches de profits à exploiter)
  • du repreneur (connaissance sectorielle, capacité à entraîner une équipe déjà constituée, …)

L’évaluation d’une entreprise est un sujet complexe car différentes méthodes existent conjuguant tantôt les éléments historiques et/ou prospectifs. Au-delà des différents ratios de référence (Chiffres d’Affaires, Valeur ajoutée, Excédent Brut d’Exploitation,…) il s’avère prudent de faire évaluer une entreprise par différentes méthodes voire différents acteurs de notre réseau.

Technologie-application-client

L’étude de l’entreprise sous l’angle de ses Domaine d’Activité Stratégique (DAS) est centrale pour permettre au repreneur d’anticiper les domaines où investir et désinvestir. Cette analyse lui sera utile pour imaginer, en lien avec la technologie maîtrisée actuellement, d’autres options d’applications ou de clients.

Il est en effet difficilement envisageable de reprendre une entreprise avec comme seul projet de poursuivre exactement la même stratégie que le cédant, sans répondre avant tout aux évolutions de ses clients et du marché.

Votre projet cession/reprise gagnera en valeur dès lors que vous l’aurez soumise auprès de ses clients, de ses usagers, de ses prescripteurs, de ses partenaires… pour la faire évoluer et pour les faire adhérer. Pour répondre à l’objectif d’affiner vos idées, nous vous proposons un parcours d’incubation.

La conduite du changement au service de la cession/reprise

La culture, les convictions, les ambitions et les stratégies du cédant et du repreneur vont se confronter temporairement et influer sur le niveau de facilité de la reprise de ce qui constitue la vraie valeur de l’entreprise : les ressources humaines, qui vont décider d’y rester… ou d’en partir !

Il est nécessaire de mesurer le degré d’autonomie et de prise de décisions des équipes en place en imaginant le départ de l’actuel responsable de l’entreprise. Identifier les services performants et ceux sources d’optimisation, appréhender la flexibilité des encadrants à un nouveau projet d’entreprise, à conquérir de nouveaux marchés, à abandonner certains produits ou services, …

Le cédant aura tout intérêt à se distancer de l’opérationnel et de co-construire les décisions stratégiques en fin d’activité dans l’entreprise pour préparer au mieux un changement culturel à venir.

La maîtrise de la communication auprès des employés, des clients et des tiers de l’entreprise est souvent le gage d’une transition réussie. La posture affichée du cédant vis-à-vis du repreneur face à tous ces tiers, doit être discutée à deux et clairement exprimée (tutorat, mentorat, durée de la transition, modalités financières, quelles compétences ou connaissances à transférer ?)

Pour prendre conscience de vos besoins et monter en compétence sur ces différents axes, nous vous invitons à :

  • nous rencontrer !
  • rencontrer notre réseau d’acteurs constitué de professionnels de l’accompagnement
  • vous entourer de compétences de prestataires
  • vous former
  • vous adosser aux compétences d’un associé au profil complémentaire

Les bases de données d’entreprises à céder/reprendre

La CCI et la CMA animent ensemble une base de données « Transentreprise » qui liste des projets de cession ou de reprise.

En complément, au sein de la Plateforme Entreprendre, nous sommes persuadés que le réseau à mobiliser, l’ordre dans lequel travailler les différentes étapes sont propres à votre projet et à votre profil.

Quel accompagnement et quelles aides pour mon projet ?

Rencontrons-nous !

Prendre rdv

Rencontrez le réseau !

Découvrir les acteurs